Vous avez des questions ? Nous y répondons.

Promis, un étudiant de la promotion 2018/2019 vous répondra rapidement si vous envoyez un message.

Foire aux questions

Le Master 122 ne s'appelle-t-il pas "Droit approfondi de l'entreprise" ?

Le Master 122 s'appelle depuis longtemps "Droit approfondi de l'entreprise". Cependant, soucieux de faire figurer dans son nom sa particularité, il se nommera dès septembre 2019 "Droits et responsabilité sociétale des entreprises". Cela ne change en rien la renommée du Master, fort de plus de 35 promotions d'étudiants.

Le Master 122 est-il un Master de droit des affaires ?

Oui, assurément. Il l'est. Il présente de nombreuses matières de cette branche du droit : droit des sûretés, droit des entreprises en difficulté, droit bancaire, droit de la propriété intellectuelle, ou encore droit fiscal. Toutefois, il offre en plus des cours de responsabilité sociétale des entreprises, nécessaires à l'appréhension moderne du droit des affaires.

Comment se déroule la sélection ?

La sélection se fait d'abord sur dossier, puis par deux entretiens : un avec les anciens étudiants, puis un avec les professeurs. Si les notes obtenues sont regardées dans le traitement du dossier, l'équipe pédagogique accorde une très grande importance aux formations annexes ou complètement différentes permettant de se distinguer des autres. Sont aussi regardés les loisirs et centres d'intérêts, le projet professionnel et la motivation.

Pourquoi un Master Recherche si je veux devenir avocat ?

Le Master arbore un concept novateur de professionnalisation par la recherche. De prime abord, cela peut sembler étonnant ; mais en y réfléchissant, c'est un véritable atout démontré chaque année par les praticiens qui recrutent les étudiants du Master. Le fait d'avoir rédigé un mémoire sur un thème choisi par l'étudiant permet de démontrer à un potentiel employeur la motivation et les compétences pour travailler dans un domaine déterminé. Vous pouvez en savoir en plus en consultant la section Mémoire du site internet.

Le Master 122 est-il compatible avec le CRFPA ?

Concernant les étudiants ayant préparé le CRFPA pour l'examen de septembre 2019, les cours sont évidemment aménagés de sorte à ce que les étudiants puissent se rendre à leurs épreuves. Concernant ceux souhaitant se préparer à l'examen de septembre 2020, la préparation est tout à fait compatible avec l'emploi du temps, bien que nous vous conseillions de commencer les révisions après le mois de mai.

Par qui ont été embauchés les étudiants ?

Les étudiants, à la sortie du Master, sont majoritairement recrutés soit en tant que stagiaires dans des grands cabinets d'avocats (Jeantet, Mayer Brown, Clifford Chance, Orrick, ...) mais aussi dans de plus petits, selon leurs envies. Il ne faut pas oublier une part importante : certains sont recrutés comme juristes dans des entreprises. D'autres, enfin, décident de continuer leurs études après. N'hésitez surtout pas à nous envoyer un message grâce au formulaire situé ci-haut si vous avez des questions : votre message sera adressé directement et uniquement aux étudiants du Bureau de l'Association du Master.

Quel est la rémunération médiane à la sortie du Master ?

La médiane est à 39 000 euros bruts annuels, soit près de 3 250 euros bruts mensuels. Cette rémunération médiane, à ne pas confondre avec la moyenne, signifie que 50% des étudiants gagnent plus que 3 250€ par mois.

Le volume horaire est-il important ? Peut-on cumuler le Master avec un emploi ou une formation ?

Il faut distinguer le premier semestre du second. En effet, au premier, il y a en moyenne entre 16 et 18 heures de cours par semaine. Au second, cela diminue sensiblement, mais il faut prendre en compte le temps alloué à la rédaction du mémoire.

Du Droit à Dauphine ? Je n'en avais jamais entendu parler...

Et pourtant, Dauphine est réputée pour son enseignement juridique dans de nombreux domaines. Plusieurs Masters de droit y existent, chacun ayant son domaine d'enseignement particulier. Par ailleurs, la totalité des étudiants de la promotion 2018/2019 vient des facultés dites "traditionnelles" de droit.